dim 15 juil 2007

La Vie des Autres - La critique ciné de Camille

15 07 2007
Critique ciné diffusée dans l'émission du 18-19-20 mars, spéciale Berlin.







Le cinéma de nos voisins d´outre-rhin ne cesse de faire parler de lui… Vous l´aurez certainement entendu, l´oscar du meilleur film étranger a été remis cette année au film allemand La vie des autres. Le réalisateur, Florian Henckel von Donnersmarck retrouve désormais son nom d´une longeur impressionnante un peu partout dans la presse internationale.

Le film se déroule dans l´ambiance pesante de l´ex-Allemagne de l´Est communiste des années 1980, où personne n´échappe à la surveillance de la police secrète de l´époque : la Stasi. Elle va dans ce film s´intéresser de plus prêt à un couple d´artistes suspects aux yeux des hauts fonctionnaires du parti, l´auteur Dreymann et l´actrice Christa-Maria Sieland.

Tous deux font officiellement partis de l´élite des intellectuels communistes. Pourtant, derrière cette façade, Dreyman et Christa désapprouvent le système dans lequel ils doivent vivre, qui les condamne à se conformer, à sacrifier une part de leur liberté pour pouvoir exercer leur profession. Soupconné à juste titre d´entretenir des rapports avec des journaux de l´ouest, Dreymann se retrouve donc mis sur écoute.

C´est l´agent Wiesler, un professionnel de l´interrogation et de l´observation interprêté par l´impressionnant Ullrich Mühe qui va ainsi se retrouver plongé dans la vie des autres. Ce fonctionnaire méticuleux découvre peu à peu ce qu´il ne trouve pas dans sa propre vie, aussi austère que les couloirs des bureaux qu´il fréquente : la beauté fascinante de l´art, l´amour véritable, la poésie des sentiments exprimés librement. Wiesler est captivé par ce qu´il entend au fur et à mesure qu´il avance dans l´enquête et il commence à modifier les rapports pour protéger le couple en danger.

Ainsi, La vie des autres devient plus qu´un document historique particulièrement fidèle à la réalité. Le point fort du film est le travail sur l´evolution des personnages. La complexité des caractères et surtout leur conscience personnelle face au totalitarisme contribuent à rendre le film touchant et palpitant jusqu´au bout. Comment faire dans une société totalitaire pour rester fidèle à ses propres valeurs sans finir en prison ? Le réalisateur propose enfin une réflexion philosophique sur l´homme et sa capacité à changer. Le pouvoir de l´art et de la beauté finissent par réveiller au fond de l´homme qui veut bien s´y ouvrir une bonté sincère.

Allez voir ce film pour mieux comprendre le passé proche et bouleversant de l´Allemagne, pour suivre un thriller d´espionnage captivant, pour vous laisser emporter par le jeu des acteurs formidables… bref, l´oscar est mérité, ca vaut le détour !

Pour la version audio, c'est par que ça se passe.

Ajouter un commentaire

Le code HTML dans le commentaire sera affiché comme du texte, les adresses internet seront converties automatiquement.